Des dessins qui parlent fort... pour vraiment récupérer

Aujourd'hui, je te partage une réflexion en 8 petits dessins, qui deviennent de plus en plus parlants à mesure que ça avance... 

 

C’est une métaphore sur le fonctionnement de notre corps et notre santé.

  

D’abord, il faut comprendre que notre corps fonctionne grâce à deux “modes” du système nerveux autonome qui viennent s’équilibrer :

 

  1. Activité : C'est le système nerveux autonome sympathique (action musculaire et mentale, effort, réactivité au stress, concentration, survie, etc.)

 

  1. Récupération : C'est le système nerveux autonome parasympathique (réparation, immunité, digestion, croissance, action anti-inflammatoire, on peut aussi dire : auto-guérison) 

 

La ligne horizontale, c’est notre équilibre, qui est atteint grâce aux aller-retours du 8 dans l’action, puis la récupération. 

 

C'est comme un arbre : les racines sont indispensables, mais moins visibles. Par ailleurs, les athlètes de haut niveau sont tous secrètement des athlètes de la récupération. Sinon, impossible de faire ce qu'ils font... et ils le savent!

 

 

La vie étant ce qu’elle est, on vit des stress, qui limitent notre capacité à récupérer. 

 

D’abord, il y a les stress de fond. Ils sont liés à nos croyances moins conscientes, mais bien ancrées, comme par exemple la peur de déplaire ou de ne pas en faire assez, un sentiment de culpabilité ou d’être inadéquate, une peur du manque ou d’être rejeté, etc.

 

 

On oublie facilement ces stress dans la vie de tous les jours, parce qu’ils font presque partie de notre personnalité.

  

Pourtant, ils sont bien là et prennent forme dans notre état émotionnel de base : on se sent plutôt en sécurité, ou par tellement. Ils diminuent notre habileté à récupérer profondément, en nous maintenant en état d’alerte. 

 

À ceux-ci s’ajoutent les stress quotidiens :

 

 

Les stress quotidiens occupent nos pensées conscientes. Ils peuvent créent de l’anticipation, des soucis, voire de l’anxiété. S'il y en a trop, ils nous tiennent en haleine et diminuent encore plus notre capacité de récupération.

 

Pour continuer à fonctionner au même rythme, on a tendance à se “booster”.

 

 

Es-tu souvent malade précisément quand les vacances commencent? Si oui, tu es probablement boostée à l’adrénaline.

  

Les stimulants, notamment le sucre et la caféine, peuvent créer plus de stress pour le corps si on en abuse sur la durée. 

 

C’est comme vivre sur une carte de crédit. À un moment donné, il faut rembourser et si on n'a pas de moyens, on rencontre un mur.

 

À ce moment-là, il suffit d’un choc, d’un événement difficile…

 

 

On n’a plus de résilience et l’arbre finit par tomber, car ses racines ne sont plus assez profondes.

 

Qu’est-ce qui se passe? Le manque de récupération dans le corps crée un terrain inflammatoire. On est fragilisé sur le plan systémique et nos réserves d’énergie sont presque vides…  On a tellement demandé à notre voiture sans faire de changement d'huile ni d'entretient, qu'on en vit les conséquences.

 

Plusieurs d’entre-nous, et moi le premier déjà à 24 ans en fin d'études universitaires, ont vécu le burnout, l’arrêt de travail, l’apparition d’une maladie chronique ou de troubles de santé diffus due à une surcharge de notre système.

 

(Ma vie de cette époque s'est désintégrée sous mes yeux, de même que mon immunité, mon énergie, et ma capacité à vivre du stress. C'est un très long chemin de récupération qui m'a éventuellement mené vers ma carrière actuelle en massothérapie beaucoup plus tard.)

 

Notre capacité à être en action chute dramatiquement et devient le reflet miroir de notre réelle capacité à récupérer :

 

 

C’est à ce moment - au plus tard - qu’on se réveille. Notre niveau d'activité devient le miroir de notre véritable niveau d'énergie et de récupération.

 

On peut dire que c'est un service que nous rend notre corps en nous ouvrant les yeux sur la réalité, que l'on ne voyait pas ou ne voulait pas voir.

 

Il nous parle très fort et nous empêche de continuer à vivre sur la carte de crédit… pour nous protéger!

 

Que faire à ce stade... sans réserves, avec une capacité d’action? S’acharner à fonctionner comme avant dès que l'énergie remonte un peu?

 

 

Conclusion

 

Peu importe à quel stade tu te trouves ou t’es déjà trouvée dans ta vie, j’imagine que tu te reconnais ici et là dans les dessins, si tu m’as lu jusqu’ici… 

 

Approfondir nos racines par l’activation profonde du système nerveux parasympathique peut paraître : 

- optionnel pour certains, 

- de plus en plus nécessaire pour d’autres,

- le seul chemin possible pour les personnes en épuisement mental et physique qui n'ont plus de réserves et ont atteint leur limite.

 

Et c’est possible. Je le sais des chapitres les plus difficiles de ma propre histoire, mais j'ai aussi rencontré beaucoup de personnes avec des parcours atypiques et des grands défis de santé qui ont su trouver un nouvel équilibre.

 

C'est toujours la même histoire : ils et elles ont appris à profondément récupérer et replonger leurs racines dans la terre, pour ensuite voir leurs branches et leurs feuilles se redresser dans un nouveau paradigme. 

 

Je crois que toutes les formes de médecine ont un rôle important. Mais la première fondation est en soi : 

 

Notre corps qui renoue avec ses énergies de guérison. 

  

--

 

Raphael Lavoie-Brand 
Massothérapeute agréé et formateur en automassage 

Aimeriez-vous apprendre des techniques d'automassage simples et efficaces? 

Recevez le eBook Techniques de base en automassage gratuitement en vous abonnant à l'infolettre ci-bas : 

Avez-vous apprécié cet article? 

Partagez votre avis avec l'auteur en écrivant à [email protected]

Voir tous les articles